Ouverture de l’appel  : 03 novembre 2023 – Clôture de l’appel : 27 novembre 2023
Annonce des résultats : 20 décembre 2023

Car de quoi vit l’humain ?” est une question qui suscite une réflexion sur la complexité et la diversité de l’existence humaine. Il ne s’agit pas seulement d’une interrogation sur nos routines quotidiennes, mais d’une invitation à explorer les valeurs que nous défendons et la manière dont certains contextes influencent notre capacité à examiner et à remettre en question les normes sociétales, politiques et culturelles. Comment les êtres humains font-ils face à l’adversité? Comment nous nous positionnons dans le monde ?

Cette question est tirée de l’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht (1928). Cet opéra aborde les préoccupations de notre monde avec un équilibre délicat entre légèreté et distance, encourageant des pensées qui transcendent l’issue tragique prévue. C’est une incitation à une réflexion active, offrant une perspective qui résiste à la paralysie et au lamento.

Cette capacité, malgré le contexte actuel de notre région méditerranéenne, à aspirer collectivement au changement et la confiance dans le pouvoir que les artistes et les créateurs·rices de contenu numérique pour promouvoir les principes des droits humains, est la lueur d’espoir autour de laquelle s’articule notre projet Tae’thir – influence en arabe.

Le projet couvre la région méditerranéenne, avec un focus particulier sur la région sud, compte tenu du recul massif des droits humains qu’elle a connu ces dernières années. La situation économique, sociale et politique dans de nombreux pays de la Méditerranée continue à se détériorer. Dans de tels contextes, les artistes et les créateurs de contenu de la région sud-méditerranéenne voient leur capacité d’expression et de réflexion limitée par l’absence d’espaces et de plateformes favorisant le dialogue et la production de contenu.

Pour nos 4 organisations qui partageons ces vives inquiétudes, soutenir et promouvoir les droits humains auprès des jeunes est une priorité qui requiert des approches créatives et expérimentales. Le projet Tae’thir vise à ouvrir des espaces de dialogue et de création en encourageant la promotion d’une culture des droits humains en Méditerranée à travers les pratiques artistiques et numériques des jeunes.
Les formes d’art contemporain et la création de contenu numérique sont des supports dynamiques qui permettent d’explorer, d’interpréter et de communiquer les complexités de la vie et de l’existence humaine. Iels créent des langages, suscitent des discussions et inspirent le changement, ce qui les rend indispensables dans le dialogue contemporain sur la condition humaine. Face à la multitude de questions que cela soulève, nous souhaitons aborder ce sujet de manière critique.

Nous examinerons cette question sous différents angles :

  • Comment l’art et la création de contenu numérique jouent-ils un rôle dans la lecture des complexités du monde qui nous entoure ? Comment l’expression individuelle ou collective peut-elle se réapproprier le pouvoir narratif par le biais d’un moyen créatif ?
  • Comment l’imagination de l’artiste opère-t-elle dans ce paysage ? Quels sont les choix esthétiques en jeu ? Comment l’expression artistique et l’essence poétique du processus de création peuvent-elles être mises à profit pour aborder des questions complexes ?
  • Le contenu numérique imprègne presque tous les aspects de la vie des gens, façonnant leurs expériences quotidiennes. Quel est son impact sur notre perception et notre compréhension du monde dans lequel nous vivons ?
  • Quel rôle les artistes jouent-ils dans la société, compte tenu de leur propension inhérente à soulever des questions à partir de leurs propres enquêtes ? De même, quelle est l’importance de l’art et de la création de contenu numérique dans la société ? Comment explorer le statut des œuvres d’art, la fonction de l’artiste et la position de l’art dans notre cadre sociétal ?
  • Quel(s) lien(s) entre culture, œuvres d’art et espace public ?
  • Pourquoi les décisions les plus rationnelles, politiques, économiques et fondamentales ne sont-elles jamais uniquement techniques, mais profondément liées à des perspectives et à des sensibilités culturelles ?

Le projet Tae’thir offrira un soutien à 42 jeunes, ce qui permettra la production de 20 à 25 matériaux numériques et/ou œuvres d’art à la clôture du projet. Pour ce faire, des sessions en ligne seront organisées avec des conférences, des webinaires et des discussions explorant les intersections entre les arts, les droits humains, la politique et les pratiques sociales. Les participant·e·s vont être amené·e·s à analyser l’impact des contextes sur la création artistique et examiner des liens complexes avec des concepts tels que le patriarcat, la censure et la critique. Le programme comprend également la participation à un projet de recherche, un processus de mentorat, un système de financement en cascade et la participation à des réunions de parties prenantes à Marseille.
Il soutiendra les jeunes créateurs·rices de contenu et les artistes de la région, en renforçant leurs connaissances des droits humains, leurs outils et leurs pratiques, afin qu’ils puissent faire entendre leur voix.

L’agenda des droits humains vise à combler les disparités d’attitude, telles que les préjugés fondés sur l’ethnie, la religion, le sexe, l’âge, la nationalité, la culture et l’identité. L’art et la création numérique ont la capacité de susciter l’inspiration et d’évoquer l’empathie, atteignant ainsi un public qui dépasse le champ d’action des organisations traditionnelles de défense des droits humains.

Veuillez noter que durant la première année du projet Tae’thir, qui s’étend de septembre 2023 à octobre 2024, seules 10 à 15 productions seront soutenues financièrement et auront l’opportunité d’être présentées lors du Festival Les Instants Vidéo 2024.

L’appel à projets est ouvert aux jeunes artistes et créateur·rices de contenu numérique âgé·e·s de 21 à 35 ans  :
  • Environ 70 % des projets seront portés par des jeunes des pays suivants de la rive sud de la Méditerranée : Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Palestine, Syrie, Tunisie et Turquie.
  • Environ 30 % des projets seront portés par des jeunes des pays suivants de la rive nord de la Méditerranée : Chypre, Espagne, France, Grèce, Italie, Malte et Portugal.
  • Proposer une œuvre d’art originale ou une création d’un contenu numérique en résonance avec le thème du projet : “De quoi vit l’humain ?” comme une question ouverte et une invitation à explorer la complexité des conditions humaines à travers le prisme des droits humains.
  • L’œuvre ou le contenu numérique doit être prêt·e pour être présenté·e lors du prochain Festival Les Instants Vidéo prévu en octobre 2024.
  • Les différents travaux suivants sont éligibles : création littéraire, création de contenu numérique, installation, art visuel, création sonore, performance, installation vidéo
Merci d’utiliser le lien suivant pour accéder au formulaire de candidature en ligne :

en français : Link
en arabe : Link