The Lonely Crowd
Les Instants Vidéo Numériques et Poétiques (Marseille) en partenariat avec à Ramallah la Fondation A. M. Qattan, le Centre Culturel Franco-Allemand, le Khalil Sakakini Cultural Centre, organise la 3ème édition du festival d’art vidéo et de performance /si:n/. Se tenant pendant le Ramadan, du 17 au 23 juillet, le programme se déroulera le soir, de 9h à minuit, dans la rue, les magasins, les parkings, les coins et recoins de la ville de Ramallah.

Une exposition d’oeuvres commissionées par Lara Khaldi (Khalil Sakakini Cultural Centre) et Reem Shilleh (A. M. Qattan Foundation) : 9 artistes ont été invité à produire installations vidéo ou performances qui seront réparties dans les espaces publics de la ville.

Majd Abdel Hamid, Alaa Aboasad, Noor Abu Arafe, Dia Barghouti, Shuruq Harb, Ihab Jadallah, Yazan Khalili, Samar Haddad King, Tarek Knorn

Des compilations video proposées par Mosireen, un collectif de journalistes engagés basé au Caire. www.mosireen.org

3 programmes d’art video international sous le commissariat des Instants Vidéo.

1963/2013 : un demi siècle d’art vidéo international. Les Instants Vidéo ont pris cette année l’initiative de célébrer cet art dans plusieurs villes : février à Tokyo, mars à Liège, avril à Alexandrie, juin à Yokohama, juillet à Ramallah et novembre à Marseille.
L’étape palestinienne est pour nous la plus importante. D’abord parce qu’elle est le fruit de plusieurs années de coopérations, d’échanges, de confiance partagée. Aussi, parce qu’elle est la preuve que l’histoire de l’art vidéo à trouvé un nouveau souffle auprès des peuples qui mènent une résistance déterminée contre les injustices de ce monde. Enfin, parce que le festival que nous organisons chez nous (à Marseille) s’est considérablement enrichi (sur le plan de son contenu et de son éthique) à vivre ces années d’expériences auprès des Palestiniens.

Pour cette 3e édition de /si:n/, nous avons eu plaisir à composer trois programmations abordant divers aspects de la création vidéo internationale, ancienne ou récente. A inviter Willy Legaud à présenter le projet LaboFictions initiés par l’Ecole d’Art d’Aix-en-Provence qui a débuté à Ramallah en 2011, avant de se poursuivre à Alexandrie et Aix en 2013. A solliciter Robert Stéphane de Vidéographies (Belgique) pour venir témoigner d’une expérience rare de télévision productrice et diffuseuse d’art vidéo. Enfin, nous nous réjouissons de la présence des musiciens performers allemands qui accompagnent Rocchus Aust, manière pour nous de jumeler Ramallah et Marseille, puisque nous avons aussi choisi ces artistes pour la soirée d’inauguration des 26es Instants Vidéo en novembre prochain.

sins

1: INTERNATIONAL (1973/1982)
L’art vidéo a été inventé par le coréen Nam June Paik qui expose en 1963 treize téléviseurs préparés (Galerie Parnass de Wuppertal en Allemagne), dans le cadre du festival d’avant-garde Fluxus (Music/Electronic Television). Impensable de célébrer le 50e anniversaire de l’art vidéo sans commencer par une de ses œuvres majeures, Global Groove. Et après ? Que montrer pour raconter cette histoire ? J’ai choisi des œuvres représentatives de différentes tendances esthétiques qui se sont exprimées dans les années 70′ et dont on retrouvera des développements singuliers chez d’autres artistes jusqu’à aujourd’hui. Ce que témoignent ces œuvres, c’est une soif d’expérimentation des outils électroniques, avec poésie et humour.

Global Groove de Nam June Paik (Corée, 1973)
Hand No. 2 de Keigo Yamamoto (Japon, 1976)
Trompe l’œil de Robert Cahen (France,1979)
Holzstücke de Jean-François Guiton (France/Allemagne, 1982)
Videoflashs de Michel Jaffrennou and Patrick Bousquet (France, 1982)

2: HISTOIRE DE L’ART VIDEO JAPONNAIS
Les historiens de l’art vidéo citent souvent le Japon pour avoir mis sur le marché en 1963 la 1ere caméra légère (la « portapack » de Sony) dont s’empareront les artistes américains et européens. Ce que l’on connaît moins, c’est l’extraordinaire dynamisme de la création nippone du début des années 70′ à nos jours. Les artistes et les œuvres présentés dans ce documentaire comptent parmi les plus importants du monde.

Kikai de Mirukoto (eye Machine / Seeing by chance the Pioneers of Japanese Video Art) by kentaro Taki (Video Art Center)
Shuya Abe, Kohei Ando, Takahiko Limura, Mako Idemitsu, Nobuhiro Kawanaka, Shigeko Kubota, Hakudo Kobayashi, Ko Nakajima, Fujiko Nakaya, Sakumi Hagiwara, Michael Goldberg, Toshio Matsumoto, Katsuhiro Yamaguchi, Keigo Yamamoto, Morihiro Wada…

3: CRITIQUE DES MEDIA
Les relations entre les artistes vidéo et les technologies de communication de masse (télévision, internet…) sont souvent à la fois conflictuelles et « amoureuses ». Presque toujours passionnées. Les œuvres présentées dans ce programme exposent différentes approches, ludiques, poétiques, critiques. C’est une des caractéristiques historiques de l’art vidéo : inviter les spectateurs à penser les médias, à regarder autrement les images télévisuelles. Et pour certains, comme ici Zbig Rybczynski, à ne pas oublier qu’une télévision c’est avant tout un objet.

Media de Zbig Rybczynski (Pologne, 1980)
Video composition ≠2 « Stolen Air » de Kentaro Taki (Japon, 1998)
Media cage de Kentaro Taki (Japon, 2001)
/anote = a or For Davatas Who keep on Dancing de Masayuki Kawai ( Japon,2011)
An interview of the artist : Masayuki Kawai
An interview of the artist : Kentaro Taki 4’
About a Theological Situation in the Society of Spectacle de Masayuki Kawai (Japon, 2001)
Negotiation de Mohamed Harb (Palestine, 2011) 3’40
The Mistery Black Nightmare In The Box Office de Juan Szelagowski (Argentine, 2012)
Luftnummer bonfortionös de Frank Bubenzer (Allemagne, 2011)

/si:n/ invites VIDEOGRAPHIES LIEGE
Une presentation de Robert Stephane : art vidéo et television

L’émission Vidéographie, présenté sur la télévision publique RTBF-Liege entre 1976 et 1986, est une experience pilote unique, qui a portée les questions soulevées par le média lui-même. Une experience exceptionnelle, pionnière et, lorsque l’on regarde en arrière, on pourrait dire un peu folle et impensable, mais qui a réussi à réunir au moins 135 programmes, et un nombre conséquent des plus importants “noms” de l’art vidéo (Nam June Paik, Bill Viola, Fred Forest, Wolf Vostel, etc.) et de la vidéo engagée (the brothers Dardenne, Jean-Claude Riga).

Une programmation constituée d’oeuvres produites par Vidéographie / RTBF-Liège et présentées par Robert Stéphane et Nadine Janssens (Belgique).

Voir plus :

https://vimeo.com/manage/329771013/general

sin 2009 
sin 2011
in short