• behance
  • blogger
  • delicious
  • facebook
  • picasa
  • twitter
  • vimeo
  • zerply
  • mail
Nos escales

Nos escales

Jeudi 25 juin, 17h : Ciné au Salon par l’Institut Français de Casablanca

visible pendant 8 jours sur la chaine youtube de l’Institut Français de Casablanca
Le sud de la création vidéo : une carte blanche au Festival International d’Art Vidéo de Casablanca et au Festival Les Instants Vidéo de Marseille, deux festivals frères (depuis plus de 25 ans) basés sur les deux rives de la Méditerranée. Les films que nous avons choisis racontent quelque chose de l’histoire contemporaine de cette région (Maroc, Syrie, Tunisie, Turquie, Irak, Iran, Liban, Palestine, France), parfois tragique, parfois en révolte. Des histoires de peuples ou d’individus, d’hommes ou de femmes, mais toujours exposées avec justesse et tendresse.

Si l’art vidéo est née dans les années 60 dans les pays du Nord fortement industrialisés, nous sommes convaincus qu’aujourd’hui, c’est en grande partie dans le Sud que des paroles pertinentes, inédites, poétiques, émergent avec le plus d’intensité.
Majid Seddati et Marc Mercier

Across the moon (11’30 – 2017) / Mounir Fatmi (Maroc) – In the Land (4’24 – 2014) / Maha Shahin (Syrie) – L’Homme puzzlé (1’06 – 2016) / Khadija El Abyad (Maroc) – Sabra et Chatilla Poème (12’35 – 2011) / Marc Mercier (France) – The Crossing (6’10 – 2017) / Moufida Fedhila (Tunisie) – Awakening (1’40 – 2016) / Arzu Yayıntaş (Turquie) – Baghdad Photographer (3’16 – 2017) / Mejd Hameed (Irak) – Alrasheed Street (4’25 – 2017) / Ameer Albassri (Irak) – Scarecrow (7’48 – 2015) / Ameneh Zamani (Iran) – Corrida urbaine (3’15 – 2008) / Marc Mercier (France) – Damage (2′ – 2009) / Rania Stephan (Liban) – We teach life, Sir (4’39 – 2011) / Rafeef Ziadah (Palestine/GB) 

Du 20 au 23 mars, Tunisie : Les Instants vidéo soutiennent le Mawjoudin Queer Film Festival de Tunis : Reporté (covid19)

avec une programmation-rencontre autour du film Un chant d’amour (25’ – 1950) / Jean Genet (France).


Lundi 27 janvier, 10h à 12h : Regards cinématographiques sur les Galeries Populaires Ephémères

Nous accueillons à l’ADPEI (18 bd Camille Flammarion Marseille 1er) les étudiant.e.s du Master Ecritures documentaires qui ont réalisé deux films qui portent un regard sensible et critique sur l’expérience des galeries populaires accueillant chaque année des œuvres dans le cadre du Festival Les Instants Vidéo. Projection suivie d’une discussion.

Reliefs numériques (6’52 – 2019) / Maya Perusin Mysorekar, Arthur Thomas & Antonin Erat
Jeu de Cases (6’23 – 2019) / Manuela Rössler, Hugo Debrie & Mikaela Popovic

Vendredi 17 janvier, 15h à 17h : Les galeries populaires éphémères : Libérer les images ! 
Une émission avec Radio Galère 88.4


A Marseille en 2019, deux structures sociales l’ADPEI, le SARA Logisol et le Boutique hôtel Le Ryad, ont accepté le défi de devenir des lieux d’exposition le temps du 32e Festival Les Instants Vidéo, au même titre que l’espace galerie de la Friche de la Belle de Mai. Cette émission se propose de porter un regard sur une expérience artistique et de rencontres, par le prisme des droits culturels et poétiques, avec des artistes ayant présenté une oeuvre, des usager.e.s et professionnel.le.s des structures, un enseignant et un étudiant (Master Ecritures documentaires) qui ont exploré cinématographiquement ces espaces, et l’équipe des Instants Vidéo…
– Quelles places ont les arts vidéo/numériques dans des structures « non-dédiées » ?
– Quel impact ont-ils sur ces espaces d’accueil et leurs habitants ?
– Quels sont les rôles des parties prenantes dans ce projet ?
telles sont quelques-une des nombreuses questions qui furent soulevées durant cette table ronde radiophonique.

Mardi 7 janvier, MJC de la Duchère (Lyon) : Rencontre autour du documentaire « Nefta, Histoires d’une jeunesse isolée ».

Une invitation de l’association Arcenciel France, membre du Réseau Euromed France (REF), pour participer au débat qui a suivi la projection de ce film inscrit dans un projet de coopération franco-tunisien sur le thème du développement local et de la jeunesse dans le grand sud tunisien.


Photo : Histoire(s) du cinéma / Jean-Luc Godard (1988)

Leave a reply