La 4e édition de la Biennale /si:n/ se déroulera à Ramallah, Jaba’, Jerusalem, Bethlehem et Gaza en Palestine.
Ramallah, Jaba....

11 structures culturelles se sont regroupées pour concevoir et réaliser ce festival :

à Ramallah : A.M. Qattan Foundation, Khalil Sakakini Cultural Centre, Centre culturel Franco-Allemand, Riwaq, International Academy of Arts, Ramallah Municipality
à Jérusalem : Palestinian Art Court-Al Hoash, Al Ma’mal Foundation for Contemporary Arts
à Gaza : Eltiqa Group for Contemporary Art, Windows from Gaza for Contemporary art
à Bethlehem : Dar al-Kalima University College of Arts & Culture
à Marseille : Les Instants Vidéo Numériques et poétiques

Mathieu Sanchez - Julie Pfleiderer - Daniel Pinheiro - Maryam Tafakory
Mathieu Sanchez – Julie Pfleiderer – Daniel Pinheiro – Maryam Tafakory

Une programmation internationale d’oeuvres d’artistes de Palestine, France, Allemagne, Russie, Grande-Bretagne, Iran, Brésil, Finlande, Egypte, Pologne, USA, Portugal, Belgique, Suisse et Chine :
– 4 performances : Samar Haddad King, Said Salameh, Raeda Saadeh, Pascal Lièvre
– 7  installations : Roland Kranz, Bertrand Gadenne, Xiaowen Zhu, Max Philipp Schmid, Henri Gwiazda, Pascal Lièvre.
– Monobandes : Mahdi Baragithi, Qais Assali, Lama Takruri, Ali Aldeek, Asem Nasser, Manal Awad, Mohammad Mostafa, Baha Abu-Shanab, Saliba Rishmawi & Ibrahim Handal, Ihab Jadallah, Mathieu Sanchez, Hasan Tanji, Tessa Garland, Maryam Tafakory, Christopher Chiu, Fernando Visockis & Thiago Parizi, Tusia Dabrowska, Daniel Pinheiro, Julie Pfleiderer, Jean-Paul Fargier, Rania Khalili, Mounira al Solh, Khader Nastas, Varvara Abd El-Razek, Maria Stephan, Linda Hasayen, Dania Assaf & Jaida’ Khaled, Else Artmann/Samuel Duvoisin, Pawel Bartosik, Maria Dabow, Marlene Denningmann, Barbara Dévény, Andrea Éva Györi, Rebecca Loyche, Undine Sommer, Clara Winter/Lina Walde, Helene Wittmann.

Pascal Lièvre - Muhammad Mustapha
Pascal Lièvre – Muhammad Mustapha

Plus d’informations

 

Historique
/si:n/, la lettre mathématique qui représente l’inconnu, le “x” en français et en anglais. C’est aussi une belle lettre en arabe. Le spectateur la voit comme une lettre arabe mais phonétiquement, elle recouvre d’autres sens en langue anglaise : Scene (la scène) et Seen (to see : voir). L’intitulé /si:n/  exprime donc à lui seul la volonté du festival à être un espace de rencontres entre des cultures.

Le festival est le fruit d’une dynamique collective dans la mise en forme d’un projet, entre des structures qui organisent et/ou accueillent les différentes activités du festival. A l’origine du festival se trouvent :

– Les Instants Vidéo Numériques et poétiques
A.M. Qattan Foundation http://www.qattanfoundation.org/en/home
Khalil Sakakini Cultural Centre http://sakakini.org/
Al Mahatta Gallery
Centre culturel Franco-Allemand http://www.goethe.de/ins/ps/prj/dfk/fr/index.html
Palestinian Art Court-Al Hoash (Jérusalem)  https://www.facebook.com/pages/Palestinian-Art-Court-al-Hoash/203021533042546?sk=info&tab=page_info
Musée Ethnographique, Musée d’art, et Galerie Virtuelle de l’Université de Birzeit http://www.birzeit.edu/institutes/museum
bientôt rejoins par
Al Ma’amal Foundation for Contemporary Arts (Jerusalem) http://www.almamalfoundation.org/
Eltiqa Group for Contemporary Art (Gaza) http://www.eltiqa.com/
Dar al-Kalima University College of Arts & Culture (Bethlehem) http://www.daralkalima.net/daralkalima/?Lang=2
Windows from Gaza for Contemporary art (Gaza) http://www.artwfg.ps/home.php

Premier événement de ce genre en Palestine, le festival est organisé tous les deux ans, dans plusieurs villes ( Jérusalem, Gaza, Birzeit, Jenine, Naplouse) avec en son centre Ramallah.
Petit à petit, l’évènement s’impose comme une plateforme internationale de référence, capable de susciter des participations locales, du monde arabe et internationales, et un espace de rencontres, de dialogue, de connaissance et de production.
Alors que la première édition à rassemblé 9 organisations culturelles locales qui ont partagé les missions et responsabilités de sa réalisation, la deuxième édition à réuni 11 commissaires d’exposition (3 jeunes curators palestiniens et 8 autres venant de France, Maroc, Syrie, Egypte, Croatie, Quebec, Allemagne et Kirghizstan). La grande majorité des œuvres présentées lors de ces deux éditions était issue d’Europe.
La 3ème édition a exploré un nouveau format. Des œuvres d’art vidéo et des performances d’artistes palestiniens ont été commissionnées sous une même thématique : La foule solitaire (The lonely crowd), Le spectacle n’est pas un ensemble d’images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images. (La Société du spectacle – Guy Debord). Le festival s’est glissé dans l’espace public, dispersant les œuvres dans des lieux que les acteurs de cette foule solitaire fréquentent. Il a détourné les espaces publics pour en faire des scènes de théâtre, ou se confrontent la foule et les masses. Son modèle de coopération a aussi progressé.

 

https://vimeo.com/91799019

 

Quelques chiffres concernant 2009, 2011 et 2013 :

– Mobilité de 34 artistes entre la France et la Palestine, et issus de Palestine, Croatie, Kirghizstan, Belgique, Allemagne, Italie, Espagne et France.
– 4 ateliers menés, soit plus de 30 participants de Palestine, France, Mexique, et qui ont donné lieux à la présentation de 14 travaux (présentés en France et en Palestine).
– Présentation de 21 performances, 58 installations vidéo et multimédia.
– 19 conférences-rencontres.
– 36 programmations internationales.
– 12 commissaires d’expositions impliqués (Maroc, Egypte, Croatie, Palestine, France, Belgique, Allemagne, Kirghizistan et Québec).
– Un public de plus de 4500 personnes (plus les passants dans les espaces publics).

 

Capture d’écran 2015-07-05 à 13.06.54

Capture d’écran 2015-05-15 à 13.53.59