pour Carlo Giuliani, oiseau de Gène assassiné en juillet 2001

On ne sait pas ce qu’un corps peut ou ce que l’on peut déduire de la seule considération de sa nature (Spinoza, L’Ethique, Livre III)

Si l’on pouvait savoir, prévoir, déduire… il n’y aurait ni révolution envisageable, ni découverte scientifique, ni rencontre amoureuse, ni production artistique. La terre se serait alors tristement débarrassée de la vie. Nous préférons dire avec Walter Benjamin qu’il nous faut “gagner à la révolution les forces de l’ivresse”. L’artiste, le poète, est celui qui multiplie les possibilités du corps. En s’emparant des machines électroniques, il poursuit avec acharnement une aventure vieille comme l’humanité, un rêve insolent et joyeux : échapper aux règles établies, devenir puissance infinie. Cette expérience sans cesse renouvelée pose le poète électronique (vidéaste, musicien, plasticien…) comme l’hypothèse d’un renouvellement et d’un ré-enchantement de la vie. Il avance donc à contre-courant du fleuve idéologique qui noie actuellement nos consciences. Au terrorisme gestionnaire, il préfère la guérilla poétique. La création artistique n’est pas un luxe. C’est une nécessité vitale dont la grande majorité des hommes est privée.

La démarche des Instants Vidéo vise à partager l’expérience artistique avec le plus grand nombre sans pour autant sombrer dans la boue de la démagogie. Les oeuvres que nous choisissons de vous donner à voir, à sentir, à entendre, sont des paysages humains contemporains. Leurs racines sillonnent une multitude de territoires pour venir éclore à portée de notre regard, de notre sensibilité, de notre esprit critique. La poésie électronique porte en elle ce nomadisme planétaire que nous revendiquons pour tout être humain. Nomadisme du langage : programmation internationale de la création vidéo, exposition d’installations vidéo et multimédia, spectacles-performances-concerts pour corps et images, débats-rencontres, lectures poétiques… Tout est possible. Soyez les bienvenus.

Marc Mercier

festival2002
Catalogue