Eloge de l’ombre haute

d’après le poème de Mahmoud Darwich, écrit en 1982 pendant le siège de Beyrouth, un poème qui intervient après le massacre de Sabra et Chatila, lu en 1983 en Algérie devant le Conseil national palestinien 

En 2024, la 8e biennale /si:n/ est en exil. Elle sera abritée par le Festival Les Instants Vidéo.

La biennale refuse de se taire, ou d’être réduite au silence, et ne désertera pas non plus le territoire qui l’a vu naître. Elle fera escale à Ramallah.

La biennale ne sortira pas de scène. ACTION ! Que les images circulent. Que les images donnent à voir.

La biennale s’écrira comme on écrit un film, par le montage. Les images inviteront les spectateur.rice.s à se mettre en mouvement pour découvrir d’autres territoires. Elles offriront des formes et des espaces de résistance à l’effacement et l’invisibilisation.

Et si nous imaginions un musée des nuages (projet Sahab), pour réfléchir à la question de la trace, comme geste de résistance à l’oubli et à la dislocation, ou encore comme écriture de sa propre histoire, une histoire qui s’écrit aussi au futur.

Et pour une poétique de la relation, nous cultiverons dans les interstices de la biennale la puissance de la lumière pour une solidarité artistique et culturelle.

/si:n/, la lettre mathématique qui représente l’inconnu, le “x” en français et en anglais. C’est aussi une belle lettre en arabe. Le spectateur la voit comme une lettre arabe mais phonétiquement, elle recouvre d’autres sens en langue anglaise : Scene (la scène) et Seen (to see : voir). L’intitulé /si:n/  exprime donc à lui seul la volonté du festival à être un espace de rencontres entre des cultures.

Pour mémoire
2008 : Le festival est le fruit d’une dynamique collective dans la mise en forme d’un projet, entre des structures qui organisent et/ou accueillent les différentes activités du festival, en Palestine et à Marseille. Il réunit A.M. Qattan Foundation, Les Instants Vidéo Numériques et poétiques, Khalil Sakakini Cultural Centre, Al Mahatta Gallery, Palestinian Art Court-Al Hoash, Musée Ethnographique, Musée d’art, et Galerie Virtuelle de l’Université de Birzeit, Centre culturel Franco-Allemand… bientôt rejoins par Al Ma’amal Foundation for Contemporary Art (Jerusalem), Eltiqa Group for Contemporary Art (Gaza), and Dar al-Kalima College (Bethlehem).

Premier événement de ce genre en Palestine, le festival est organisé tous les deux ans, dans plusieurs villes ( Ramallah, Jérusalem, Gaza, Birzeit, Jenine, Naplouse) et entend devenir une plateforme internationale de référence, capable de susciter des participations locales, du monde arabe et internationales, et un espace de rencontres, de dialogue, de connaissance et de production.
Le festival présente des programmations d’art vidéo, des installations multimédia, des performance, des rencontres d’artistes, conférences et workshops.