• behance
  • blogger
  • facebook
  • picasa
  • twitter
  • vimeo
  • zerply
  • rss
  • mail
Nos étapes en 2017

Nos étapes en 2017

25 au 29 Avril : Nous participons à la 23e édition du Festival International d’art vidéo  FIAV de Casablanca (Maroc), où nous avons aussi invité l’école d’art d’Aix en Provence à présenter des travaux d’étudiants.

● 3 installations  :
Ambush / Embuscade (3’ – 2015) / Aline X & Gustavo Jardim (Brésil) + Match (2015) / Esméralda da Costa (France) + Cartoline Video (20’09 – 2016) / Marc Mercier (France) & Matteo Fadda (Italie)
● 1 performance sonore :
RĕcoRdātĭo #2 (2015/2017) / Esmeralda da Costa (France)
● 4 programmations :
1) Etats Féminins d’Urgences Poétiques Scarecrow (7’48 – 2015) / Ameneh Zamani (Iran) + état d’urgence / état d’un corps (2’40 – 2016) / Aurèle Dumaret (France) + La mariée dérobée (un essai jamais concluant) (42’10 – 2016) / Marc Mercier (France)

2) L’épreuve du regard 
La preuve par Prince (5’12 – 1988) / Serge Daney (France) + video (8’ – 2016) / Samuel Bester (France) + L’Égée ou le trou du cul de la mort (7’21 – 2014) / Eleni Gioti (Grèce) + Méduse (3’03 – 2014) / Emilie Marchand (Canada) + Water Box (2’16 – 2014) / Esmeralda da Costa (France) + Yellow Tea Cup: Refugees at Sea (2’58 – 2016) / Cheryl Pagurek (Canada) + Seventeen Point Plan (3’ – 2015) / Christin Bolewski (Allemagne) + Stray Dogs (8’53 – 2017) / François Lejault (France) + We teach life, Sir (4’30 – 2011) / Rafeef Ziadah (Palestine/GB)
`
3) Il faut réinventer la beauté
Awakening (1’40 – 2016) / Arzu Yayıntaş (Turquie) + Fractalegance (0’51 – 2016) / Rawan Obaid (Palestine/UAE) + Silk (0’44 – 2016) / Reem Zaghmout & Malak Elghuel (Belize/Libye) + Live Fire + Exercise (7’58 – 2016) / Ζακ Σπορ (Zak Spor) (Grèce) + Out of Necktie (5’28 – 2016) / Moslem AlJubouri (Irak) + Pardon (2’24 / 2016) / Khadija Baker (Syrie/Canada) + Disparitions (6’38 – 2014) / Inés Wickmann (Colombie/France) + Comme si (4’29 – 2016) / Nicole Jolicoeur (Québec) + Leda (23′ – 2010) / François Lejault (France)

4) Travaux d’Etudiants de l’Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence présentées par François Lejault 
Pneuma (6’50 – 2015) / Belal Mohamed Ali, Yohan Dumas, Akram Heidar, Masahiro Suzuki Grimace (1’00 – 2013) / Saïd Rais + Conversations silencieuses ( 2’30 – 2013) / Trecy Afonso, Nada Rezq, Samar Amir, Marguerite Reinert + Sea Food (0’45- 2013) / Ahmed Abulnasr, Karim Aboukelila, Eman Hamdy, Maëlys Rebuttini, Nourine Shenawy + Avant que J’oublie (5’55 – 2016) / Gaëtan Trovato + Sus scrofa (2’03 – 2016) / Chloé Vivien + La dame blanche (3’47 – 2015) / Mona Ricci, Clément Collange + Les eaux troubles (1’30 – 2016) / Charlotte Causse + Cry Cry Baby (1’57 – 2016) / Krizova Barbora + Une route (1’25 – 2015) / Gaulthier Le Thous + Sikhism (1’14 – 2016) / Elody Sanchis + Merci Norman (2’04 – 2016) / Johanna Thomas + Bugne Bugne (0’57- 2016) / Julien Calemard + Metro (1’14 – 2016) / Minwoo Jun + Tetris (1’22 – 2016) / Nina Sivager + Orchestre (3’06 – 2013) / Hye Young Park + Control Game (2’20 – 2016) / Xilun You

Stray dogs / François Lejault (France) + Match / Esmeralda da Costa (France)

 

22 au 26 mars : en Tunisie (Sousse – Mahdia), nous participons au Worskhop organisé par Les Yeux de l’Ouïe Du possible pour réfléchir les images de la prison

– 3 programmations, exploration poélitique de nos enfermements à  l’Espace culturel Tiziri de Sousse

La vraie vie est ailleurs
The future (3’59 – 2014) / Gouri Mounir (Algérie)
The Cage (5’45 – 2016) / Marcantonio Lunardi (Italie)
Libération (1’14 – 2015) / Khadija Elabyad (Maroc)
Yellow Tea Cup: Refugees at Sea (2’58 – 2016) / Cheryl Pagurek (Canada)
Scarecrow (7’48 – 2015) / Ameneh Zamani (Iran)
Les geôles arbitraires
Oh là là du narratif (12’37 – 1997) / Sylvie Laliberté (Québec)
Pour Cesare Vannini (2’20 – 2009) / Giney Ayme (France)
Le mot pour dire la fleur de l’amandier
Polyphonie Poétique Urbaine (Ramallah) (9’41 – 2011) / Marc Mercier (France) & Kefah Fanni (Palestine)
We teach life, Sir (4’30 – 2011) / Rafeef Ziadah (Palestine/GB)

– Participation à la table ronde L’expérience tunisienne avec les membres de l’atelier de la prison de Mahdia autour de leurs créations, à la Prison civile de Mahdia.
– Participation à la rencontre Expériences et démarche artistiques Euro-méditerranéennes avec des équipes artistiques qui travaillent en prison, à l’Institut des Beaux Arts de Sousse.
– Projection de La Germination de l’Utopie (30′ – 2001) / Marc Mercier (France), au Cinéma Le Palace, Sousse (FIFEJ)
– Participation à la rencontre Enjeux des formes artistiques, à l’Institut des Beaux Arts de Sousse.

Depuis 2012, l’association Les Yeux de l’Ouïe, avec ses partenaires, a porté un dispositif d’ateliers de création artistique au long cours en milieu pénitentiaire et de correspondance cinématographique avec la société civile.
De manière intensive, les personnes détenues et l’équipe artistique se sont emparées du théâtre, du cinéma et des arts numériques pour explorer le potentiel de la création artistique et arracher à la situation carcérale un pan de liberté.

Mardi 21 février (17h) : Université de Nîmes, sur invitation des Editions L’art-dit , Marc Mercier dialoguera avec Martial Gérez autour du thème  Zappeurs-nés. Une conférence qui donne l’occasion de participer à un livre en train de s’écrire.

Samedi 28 Janvier à 17h : Grains de lumiere nous invite à présenter une programmation au FRAC .

TOUT VA BIEN AU MOYEN ORIENT
« Il arrive un moment où on ne peut plus faire les choses comme avant » (réplique entendue dans le film Tout va bien de Jean-Luc Godard)

L’art vidéo est un art contemporain d’une époque où plus personne ne veut voir la réalité en face. Je n’ai pas dit de face, la réalité peut se montrer pudique. Je veux dire, nous, faisant face à nos responsabilités d’humains. Nous savons (comment y échapper avec la myriade d’informations que nous recevons) qu’il se passe une catastrophe inouïe sur, sous et autour de la Méditerranée. Mais une petite voix policière nous susurre « circulez, il n’y a rien à voir ». Elle n’a pas tort, cette petite voix intérieure. Comme le disait Bertold Brecht en son temps, nous vivons de « sombres temps ». Et comme l’obscurité nous fait peur, nous nous rassurons en répétant que tout va bien. On attend que ça passe. On s’adapte. Puis on finit par ne plus rien attendre. Ne plus rien désirer. L’obscurité devient notre seul horizon. Pas plus loin que le bout de notre nez. Ainsi naissent les délires identitaires et obscurantistes. Ou bien, on se dit que l’horreur est une erreur humaine. Et que l’humanité est très très humaine. A quoi bon s’intéresser aux bévues ? Tout va bien. Tout ira bien. Et puis un jour, on sort la tête du sable et on s’aperçoit qu’il n’y a plus d’art. Des visuels, oui. Partout. Des œuvres, oui, sur le marché. Mais dans la vie, non.
Hannah Arendt, ayant entendu l’expression de Brecht, a posé la question qui n’a pas perdu une once d’actualité : « Comment extraire l’humanité hors de ces sombres temps ? ». Nous connaissons tous la réponse. En cherchant, malgré tout, une lueur. Depuis la nuit des temps, il en va ainsi. Il y aura toujours une luciole. Un poème griffonné avec ses ongles sur un mur. Un chant qui s’élève dans une prison. Un film qui se tourne malgré la censure. Un corps qui danse au milieu des ruines. Je ne vois pas d’autre raison d’être de l’art : un petit monticule sur lequel s’élever pour voir un peu plus loin.
Les œuvres présentées ici sont des regards sur un monde que nous ne voulons plus voir. Elles métamorphosent des colères en chant, danse, poème, bref en joie. C’est quoi la joie ? C’est quand la fatigue laisse place au courage d’être à la fois solitaire et solidaire.

Scarecrew (7’48 – 2015) / Ameneh Zamani (Iran)
Statement (2′ – 2012) / Lucia Ahmad (Palestine)
Rumeurs (8’30 – 2015) / Nayla Dabaji (Liban/Québec)
Silk (0’44 – 2016) / Reem Zaghmout & Malak Elghuel (Belize/Libye)
My Motherland (5′ – 2015) / Fazila Amiri et Hangama Amiri (Afghanistan/Canada)
Awakening (1’40 – 2016) / Arzu Yayıntaş (Turquie)
Chic point (Fashion for israeli checkpoints) (7′ – 2003) / Sharif Waked (Palestine)
Damage (2′ – 2009) / Rania Stephan (Liban)
Loudness Trouble (3’15 – 2015) / Parya Vatankhah (Iran/France)
Corrida urbaine (3’15 – 2008) / Marc Mercier (France)
Sabra et Chatilla Poème (12’35 – 2011) / Marc Mercier (France)

Vendredi 27 janvier : organisation (avec le REF &  NOUAS ) d’une rencontre/débat à la Médiathèque de Béziers autour du thème Jeunesse et migrations en Méditerranée où fut notamment abordé la question du rôle de l’art et de la culture dans le démontage des idées reçues.

Vendredi 27 janvier, au Cinéma Les Variétés (Marseille). Participation avec Altravoce  (Plumerage de Giney Ayme) à la programmation proposée par l’Association des ami.e.s et partenaires du cinéma les Variétés, dans le cadre de la soirée « Merci et bravo ! »

Vendredi 6 janvier, à la MJC de Briançon (Cinéma Eden Studio) : Programmation d’art vidéo international Etat d’Urgence Poétique (prolongation). Cet événement est venu conclure une série d’ateliers de sensibilisation à l’art vidéo menées au sein de structures sociales de Gap et Briançon.

Vidéo (8’ – 2016) / Samuel Bester (France)
Yellow tea cup : Refugees at sea (2’58 – 2016) / Cheryl Pagurek (Canada)
Cartoline Video (20’09 – 2016) / Marc Mercier (France) & Matteo Fadda (Italie)
L’Égée ou le trou du cul de la mort (7’21 – 2014) / Eleni Gioti (Grèce)
Sabra et Chatilla Poème (12’35 – 2011) / Marc Mercier (France)
Awakening (1’40 – 2016) / Arzu Yayıntaş (Turquie)
Corrida urbaine (3’15 – 2008) / Marc Mercier (France)
We teach life, Sir (4’39 – 2011) / Rafeef Ziadah (Palestine/GB)

Leave a reply