• behance
  • blogger
  • facebook
  • picasa
  • twitter
  • vimeo
  • zerply
  • rss
  • mail
Les Contre-Vœux des Instants Vidéo Numériques et Poétiques 2017

Les Contre-Vœux des Instants Vidéo Numériques et Poétiques 2017

Il y a 10 ans déjà tirait sa révérence le poète électronique Gianni Toti

Il suffit que dansent quelques marguerites de quatre sous. Que des êtres égarés deviennent cerfs-volants au soleil levant. Que quelques couleurs révolutionnent les lois de la gravité. Que se déchaînent les objets. Que les hommes s’échappent de leurs faux attachements. Que la force se marie à la grâce. Alors, nous ouvrirons la voie où s’épousent et s’éprouvent l’opacité et l’intensité de la vie. Rien moins que ce souhait inouï pour adorer celui qui manquera toujours : Gianni Toti. Poevolutionnaire, mort le 8 janvier 2007 à Rome.
Gianni Toti, poète, cinéaste, vidéaste, acteur, directeur de revues, journaliste, a passé sa vie à métAMOURphoser les images et les mots pour nous transmettre l’énergie nécessaire à faire en sorte que notre planète devienne un jour enfin poétiquement habitable. Sa disparition a rendu orphelin tous ceux qui ont adoré-brûlé, tous ceux qui ont la passion de vivre et de combattre pour un monde meilleur. Il est parti rejoindre les astres, le chaosmos. Il a filé comme une étoile. Il nous reste à aiguiser notre regard pour ne rien perdre de vue.

Bourreaux d’Alep, noyeurs de migrants, douaniers de la pensée critique, marchands de bonheurs factices, marionnettistes de délires identitaires, tremblez !
Un spectre hante l’Occident : le spectre de l’expression de la liberté. Ce sont les poètes. Si l’un tombe, un autre sort de l’ombre à sa place. Et ce qui irrite le plus les froids calculateurs de nos destinées marchandes, c’est que ça sait rire un poète.

C’est pourquoi, Gianni Toti sera l’invité d’honneur du 30e Festival les Instants Vidéo en novembre 2017. Hommage à tous les poètes des arts vidéo et électroniques qui ont bâti cette belle et tumultueuse histoire depuis 1988. A tous ceux qui nous ont accordé leur confiance critique, vigilante et bienveillante sur les sentiers sinueux depuis Manosque, Marseille, Casablanca, Damas, Ramallah, Gaza, Beyrouth, Alexandrie, Oran, Buenos Aires, Montevideo, Montréal, Tokyo, Mexico, Cagliari, Bishkek, Zagreb… A tous ceux qui n’ont pas renoncé à porter des ailes, Icaristes, la possibilité de la chute ne les fait pas renoncer à l’envol.

Nous souhaitons une étonnante et joyeuse année 2017 aux vrais aventuriers, pas ceux à qui il arrive des aventures, mais à ceux qui les créent.

Leave a reply